Pourquoi j’ai tant aimé coudre la blouse Ana de Some Place Called Home

Pourquoi j’ai tant aimé coudre la blouse Ana de Some Place Called Home

Dans mon précédent article, j’avais sélectionné quatre blouses romantiques à coudre pour un style à la française. La première qui me venait à l’esprit était celle de Some Place Called Home. En découvrant ce compte instagram, j’ai immédiatement adoré cette blouse. Elle est simple, intemporelle avec des finitions à l’encolure et aux manches que j’aimais beaucoup. J’ai donc hésité en tout … 30 secondes avant d'acquérir le patron.

Je ne suis pas une couturière qui coud énormément. Bien au contraire, j’aime prendre mon temps sur chaque projet pour faire un prototype, choisir le tissu et bien assimiler les nouvelles techniques. C’est exactement ce que j’ai fait pour ce projet. Avec ce modèle, j'ai pu apprendre 4 nouvelles techniques accessibles et obtenir une blouse avec de belles finitions dans un magnifique tissu de chez Pretty Mercerie.

La planche patron et le prototype

P1040921.JPG

J’ai déjà fait l’erreur de me lancer directement dans un projet en utilisant le tissu final. Au final, je n’ai que rarement porté ces modèles. A présent, je sélectionne un patron pour lequel j’ai eu un vrai coup de cœur, qui sera intemporel sans être “ennuyeux” et surtout pas quelque chose de tendance cette année que je ne porterai pas plus tard.

J’ai en principe déjà une idée du tissu, de la couleur mais je n'achète rien avant d’avoir fait un prototype. Ainsi, je vois si en 3D, le vêtement me va, me plait toujours et si je vais avoir le courage de recommencer ce vêtement en m'appliquant encore plus et en dépensant un bon budget pour le tissu et les boutons.

Pour la blouse Ana, le plus long est vraiment l’impression, l’assemblage, le collage et le découpage du patron. Avant, j’étais pressée de passer cette étape. Maintenant, plus du tout. Je prends tout mon temps pour toutes les étapes. A ce stade, j’essaie de comprendre comment les différentes pièces du patrons s'articulent entre elles et comment elles ont été dessinées (après quelques cours de modélisme en école de couture, je comprends beaucoup mieux le processus de création d’un vêtement ce qui aide vraiment pas mal à anticiper les futurs problèmes au montage).

Le patron ne comporte pas de marge de couture. Je ne sais pas à quoi est dû ce choix, chaque marque doit avoir ses préférences et ses contraintes que l’on ne soupçonne pas forcément. Certaines se plaignent de devoir rajouter elles-mêmes les marges de couture. Personnellement, je ne rechigne pas devant un patron dont les marges de coutures sont incluses mais si il n’y en a pas, tant pi, je les rajouterai. Tout le plaisir réside dans le processus de création et non dans sa rapidité d’exécution.

Quant au prototype, il est rapide à faire. Je pense avoir mis deux heures max en utilisant du voile de coton vraiment bon marché de chez Toto pour avoir un rendu semi-définitif (car cette blouse a un magnifique rendu dans ce type de tissu).

J’ai pu faire toutes les erreurs possibles sur ce prototype comme par exemple, me tromper en cousant la patte de boutonnage qui bloquait l’entrée de mon cordon dans sa coulisse ! J’ai également remarqué que les manches étaient un poil trop courtes pour moi. En faite, ce n’est pas trop court, je ne suis juste pas habituée à avoir un élastique au niveau des poignets qui remonte sur l’avant-bras lorsque fait un mouvement.

Au final, le prototype rapidement fini était plutôt agréable à porter et m’a convaincu de continuer ce projet en réalisant la version finale sans oublier les différentes erreurs à corriger.

Le choix du tissu

P1040903.JPG

Je voulais cette blouse dans un délicat et raffiné tissu plumetis blanc. J’ai donc fait le tour de trois magasins en vain. J’étais vraiment déçue par la qualité des tissus plumetis ou bien même l’absence de cette offre chez certains (c’était en septembre donc la saison était peut-être terminée pour eux et le stock à zéro ?). J’en ai trouvé un assez joli mais c’était une fin de série très mal entretenue (le blanc avec la poussière avait viré au gris).

Toujours pas convaincue (mais pas vaincue non plus hein!), j’ai décidé de jeter un coup d’œil aux merceries en ligne, sait-on jamais. Je suis tombée sur un M.A.G.N.I.F.I.Q.U.E tissu plumetis blanc avec des lignes brodés et argenté sur Prettymercerie. Le patron requiert 2 mètres, vu le prix du tissu (environ 40 euros FDP inclus), j’ai commandé un peu moins de 2 mètres. En replaçant les différentes pièces sur le tissu, pour mon 36, 1,70m suffisait.

De toute façon, je n’avais pas le choix, c’était ce tissu que je voulais pour obtenir une belle pièce dont je ne me lasserai pas dans le futur parce que j’aurais investi dans un tissu de qualité.

Quel étonnement lorsque j’ai reçu le tissu terriblement bien emballé. La qualité était vraiment au rendez-vous, on le voit, on le sent au toucher. J’étais donc encore plus motivée pour réaliser la version finale et aujourd’hui, ce site est devenu ma référence pour trouver de beaux tissus.

P1040986.JPG

La réalisation du vêtement final

P1050086.JPG

Après avoir lavé et repassé le tissu, j’ai refait les différentes étapes du prototype sans trop de difficulté. J’ai réussi à dompter la patte de boutonnage (bon c’est pas parfait mais ca ira !). Après réflexion, la blouse étant assez large, juste coudre des boutons décoratifs est largement suffisant. Vous n’aurez pas besoin de déboutonner et reboutonner la blouse à chaque essayage.

J’ai aussi découvert le plaisir de devoir acheter des boutons et la difficulté d’en choisir un ! J’en ai donc acheté trois sortes et j’ai choisi un petit blanc discret.

P1050013.JPG

Enfin, pour le cordon, je ne l’ai pas coupé dans le tissu mais j’ai acheté un cordon blanc en mercerie. Les extrémités sont finies par un nœud qui ressemble à une cuillère à miel, afin que je ne perde pas tout le cordon dans la coulisse.

P1050048.JPG

Conclusion

Cette blouse a été un véritable plaisir à coudre, tant par sa simplicité que par les bonnes explications du montage.

Si vous souhaitez faire cette blouse, voici ce qu’il faut retenir :

  • Taille parfaitement bien (j’ai pris un 36 qui est ni trop grand, ni trop petit) ;

  • De simples boutons décoratifs suffiront ;

  • Prévoir des finitions à la main pour la couture des élastiques et la fermeture des coulisses au niveau des poignets.

P1050063.JPG