Comment apprendre seule la couture et le modélisme ?

Nous vivons dans un monde où notre génération devient frustrée d’avoir fait de longues études dans un domaine qui n’apporte que peu de satisfaction et parfois même, regrette de ne pas avoir suivi ses passions. Combien de BAC+5 ai-je entendu me dire que s’ils avaient su, ils auraient fait un travail artisanal, manuel, créatif.

Dans ce cas, comment faut-il faire pour prendre un nouveau chemin qui permettra de s’épanouir intellectuellement ?

Pour celles et ceux qui veulent se tourner vers la mode, devez-vous forcément tout laisser pour reprendre des études dans une école de mode ou bien peut-on devenir autodidacte ?

Je dirai que tout est possible si tout est bien calculé (+ énormément de travail évidement). L’idée est donc d’investir son temps et son argent intelligemment en fonction de ses objectifs. Dans tous les cas, le meilleur investissement que vous puissiez faire est un investissement en vous-même.

Pour ma part, j’ai un travail plutôt intéressant avec des horaires flexibles ce qui me permet de dégager du temps libre pour l’apprentissage de la couture et du modélisme. Je n’envisage pas à l’heure actuelle de reconversion professionnelle car j’ai déjà donné dans les écoles privées (€€€€) et je ne veux pas me lancer un gros projet du jour au lendemain sans savoir si cela pourrait m’ennuyer rapidement.

Se fixer un but

(Objectif à long terme)

L’idée : Toujours de se fixer un but précis et bien défini avant de se lancer dans un projet. Franchement, je ne suis pas tout à fait d'accord. Tant pis si vous n’avez pas encore une idée précise de votre but. Vous avez forcément une certaine vision de ce que vous souhaitez voir se réaliser. Il faut déjà commencer par cette petite lumière, la suivre et faire confiance au processus. Combien de personne ne font rien parce qu’elles ont un rêve mais pas un but suffisamment précis pour le poursuivre et donc se disent que cela serait une perte de temps.

Dans mon cas : Mon objectif est de retourner vivre à Paris et de travailler dans la mode. Pour faire quoi exactement ? Aucune idée pour le moment. Ou du moins, plein d’idées mais pas de but précis. Pas forcément vendre des créations dans un magasin ni être couturière. J’aimerai trouver un nouveau business model, une nouvelle approche, une nouvelle vision de la mode à partager.

Axes stratégiques

(Objectifs à moyen terme)

L’idée : Ce n’est pas parce que le but est imprécis pour le moment qu’il faut partir dans tous les sens. Le résultat ne sera pas probablement pas au rendez-vous. Commençons déjà par nous fixer des objectifs réalisables dans l’année, mais pas trop pour ne pas être submergés et découragés.

Dans mon cas : j’ai défini deux axes stratégiques à partir desquels vont découler toutes mes petites actions durant cette année.

  1. Acquérir le plus de notions possibles, développer des compétences clefs et accroître ma culture sur le sujet. Je travaille énormément la couture et le modélisme , je lis beaucoup, je me documente, je visite des expositions, j’assiste à des séminaires, je fais de la veille etc. Ainsi, cela me permettra de définir un peu plus mon projet professionnel.
  2. Se créer un matelas financier tout au long du processus de maturation. J’économise le plus possible pour soit monter un business, soit bien faire une totale reconversion professionnelle, soit repartir vivre à Paris pour poursuivre mes objectifs. L’idée est simplement d’anticiper financièrement lorsque le jour viendra où je me dirai “c’est bon, c’est ça, on y va”.

Recherche d’une approche structurée / Plan d’apprentissage

L’idée : Je m'adresse ici à ceux qui veulent devenir autodidacte ou ne peuvent pas / ne souhaitent pas encore faire une reconversion professionnelle. La première chose à faire est de se renseigner sur le domaine qui vous fait rêver. Il faut regarder quelles sont les compétences clés nécessaires et comment acquérir ces compétences sans suivre un cursus scolaire de base.

Dans mon cas : Je vais donc ici développer comment j’essaie d’apprendre “seule” la mode et de structurer mon approche. Je suis partie du constat que comme je ne passe pas par l’étape “école de Mode”, il faut que je me fasse mon propre plan d’apprentissage. Non pas pour remplacer une école mais pour voir si déjà quelques matières m'intéresseraient pour en faire une carrière.

Pour cela, j’ai fait quelques recherches sur les programmes des écoles de mode (Atelier Chardon Savard, Studio BERCOT, IBSM, ESMOD, IFM, etc.). Certaines descriptions étaient très exhaustives et d’autres pas du tout. J’ai compilé toutes mes recherches et essayé de les classer en grandes catégories pour plus de clarté.

Cliquez ici pour obtenir le document récapitulant les matières dispensées dans une école de mode.

Bon OK après avoir listé tout ça, on fait quoi ?

Là, de suite, je veux simplement voir si cela me plait. Pour tester la couture et le modélisme, j’ai décidé de le faire sur un vêtement que j’’apprécie de porter, à savoir la robe. Comment ? En apprenant d’abord à faire des patrons. Mais c’est plus complexe que ça. Il me fallait tout d’abord faire un gabarit à ma taille. Donc prendre mes mesures méticuleusement. Franchement, malgré toute la bonne volonté du monde, j’allais mettre longtemps à y arriver en apprenant seule et ça m’aurait sans doute découragé.

J’ai donc décidé de m’inscrire à des cours dans une école de couture dans ma ville afin de ne pas perdre de temps et être bien entourée. C’est 30 € la séance soit deux heures. Un sacré investissement.

Au final, j’ai donc structuré mon projet ainsi pour les deux, trois prochains mois:

  • Cours de patronage pour les bases buste et jupe et revoir toute la méthodologie.
  • Faire une robe d’été simple à partir de mes bases pour comprendre le processus de modélisme.
  • Approfondir des notions clefs de couture, m’entrainer, prendre des notes, garder les prototypes.
  • Lire des livres, aller à des expositions, visionner des films et des reportages

(A l’heure où je vous écris, j’ai déjà fini les bases et presque fini la toile de la robe d’été).

Je vais documenter mon processus d’apprentissage d’ici là et on fera un bilan fin août / début septembre pour savoir où j’en suis, si j'ai une appétence pour une partie du processus créatif et ce que je compte faire durant cette nouvelle année !