Hi.

Welcome to my blog. I document my adventures in travel, style, and food. Hope you have a nice stay!

Mon matériel pour le modélisme de mode + conseils pour bien travailler

Mon matériel pour le modélisme de mode + conseils pour bien travailler

Cette année 2019, je voudrais me plonger complètement dans le modélisme de mode et plus particulièrement la coupe à plat. Les lignes de construction d’un vêtement me fascinent. Arriver à les comprendre pour pouvoir créer n’importe quel vêtement est complexe et passionnant.
Lorsque l’on est autodidacte, on peut se sentir rapidement submergé par le nombre d’informations, comment les traiter, quoi prendre et quoi laisser de côté. Après avoir pris quelques cours et m’être longuement renseignée sur le sujet, j’ai réussi à mettre au clair toutes les informations et les conseils pour débuter le modélisme de mode.

Aujourd’hui, je partage avec vous les fournitures indispensables pour débuter ainsi que des outils plus poussés pour obtenir un meilleur travail et/ou pour gagner en efficacité.

La liste des fournitures nécessaires pour le modélisme de mode dépend de votre source d’apprentissage. En fonction des livres, des vidéos, des méthodes, des professeurs, elle peut être plus ou moins importante. J’ai l’impression qu’il est impossible d’avoir dès le départ tous le matériel nécessaire : soit la liste est trop longue, les outils difficiles à trouver et les dépenses importantes ; soit on investit dans du matériel que l’on n’utilisera pas forcément si souvent ou qui ne nous convient pas, avec lequel on n’est pas à l’aise pour travailler.

J’ai commencé à acquérir mon matériel durant mes études supérieures et avant de commencer la couture. Je n’avais donc pas vraiment conscience du matériel avec lequel j’aurai plaisir à travailler et ceux avec qui je ne serai pas à l’aise. J’ai donc pas mal d’outils dont je ne me sers pas pour le moment mais qui seront utiles plus tard. J’ai également pu me faire une idée du bon matériel pour gagner en efficacité et en précision. La couture et le modélisme prenant énormément de temps, il est important de maximiser son temps en utilisant des outils plus élaborés. Je vous propose donc plusieurs alternatives : une pour débuter avec ce que vous pouvez trouver facilement chez vous et une seconde pour investir dans du bon matériel qui permettra d’obtenir un bon travail (attention, on peut obtenir un bon travail avec du matériel “pour débuter” si on est précis et faire de grosses erreurs de construction en utilisant du matériel plus professionnel si on manque de rigueur).

Fournitures nécessaires au traçage d’un modèle de base sur papier

Les crayons

Au départ, je travaillais avec des crayons à papier puis j’ai acheté un critérium trop gros. Ma prof m’avait indiqué la nécessité de travailler avec soit des crayons bien taillés, soit un critérium fin. Comme tout stylo, il faut les tester pour voir si vous êtes à l’aise avec le produit vu que ce sera votre principal outil de travail.

  • Pour débuter : Un crayon à papier (HB) toujours bien taillé pour faire des lignes très fines est suffisant. S vos lignes sont épaisses, les valeurs vont se modifier au fur et à mesure pour au final, avoir une base trop grande. La marque Faber Castell propose des produits de très bonne qualité mais vous pouvez en trouver des moins chers chez Cultura par exemple. Il faudra penser à avoir également un taille crayon.

  • Pour mieux travailler : Un critérium avec des mines de 0,5 sera parfait. Je travaille avec un critérium doté d’une mine de 0,3 (2H) qui fait un tracé propre et fin. Pour cet outil, pas besoin de taille crayon mais il faudra penser à avoir des mines.

Les gommes

Pour la petite histoire, durant mes cours de modélisme, je gommais tellement et à des endroits très complexes avec beaucoup de tracés que je me suis vite rendue compte qu’il fallait une gomme de très bonne qualité qui ne laisse aucune trace et une “mini gomme” qui puisse aller n’importe où pour gommer un petit trait difficile à atteindre avec une gomme normale.

  • Pour débuter : on gomme tellement qu’il faut absolument un produit de qualité. J’aime particulièrement la marque Staedtler Mars Plastic ou bien le modèle Dust-free de Faber Castell qui limite les résidus. Si vous devez accéder à des endroits très difficiles, coupez un petit morceaux de gomme et utilisez la “tranche” bien droite et propre pour gommer le petit trait sans toucher aux autres traits.

  • Pour mieux travailler : il existe une marque de stylo gomme très très fine pour gommer de façon précise tout tracé. On peut trouver des bouts rectangle (2.5 mm x 5 mm) ou des bouts ronds. J’ai la forme rectangle que je trouve plus pratique que la ronde. Attention, les recharges sont un peu chères et comme toute gomme elle finira pas sécher si on ne l’utilise pas régulièrement. Il faudra donc couper le bout de la gomme sèche. (Pour le moment, je n’ai aucun problème avec ma gomme que j’ai achetée il y a 8 mois). Ce type d’outil est utile que pour les gommages demandant de la précision et ne vous dispense pas d’une gomme standard pour les grosses sessions de gommage (et il y en aura !)

Le papier

Oubliez le papier de soie trop fin et fragile pour le ce travail ! Il faut un papier plus épais et plus robuste.

  • Pour débuter : des feuilles blanches de 65 x 100 cm (deux ou trois pour commencer)

  • Pour mieux travailler : acheter un rouleau de papier kraft blanc se révèle être un meilleur rapport qualité prix. Le papier est épais et ne se froissera pas au premier gommage. On peut également le travailler (le plier) sans qu’il ne se déchire (trop rapidement). Il existe aussi des rouleaux de papier quadrillé qui peuvent être utiles pour obtenir de parfaits angles droits mais je trouve que le papier n’est pas assez opaque, trop fin et l’on se perd avec les traits imprimés sur le papier et nos petits traits fins faits à la main.

Le découpage

Ciseaux ou cutter, l’important est de consacrer cet outil à la découpe du papier uniquement et non au tissu.

  • Pour débuter : n’importe quel ciseaux avec lequel vous serez à l’aise pour découper.

  • Pour mieux travailler : pour aller plus vite sur les lignes droites, utiliser une règle japonaise et un cutter simple, de précision ou rotatif permet de gagner du temps. Il faut cependant faire attention en mettant un tapis de découpe d’assez grande taille en dessous pour ne pas endommager le sol ou le bureau.

Pour mesurer

Bien veiller à ce que tous vos outils soient en centimètres avec millimètres et non en inch !

  • Pour débuter :

    • une règle de 50 cm ou 1 m en métal (dans les magasins de bricolage, il y a un meilleur rapport qualité prix) avec une équerre en plastique suffira. Il faut veiller à ce que le 0 soit bien au bord de la règle et de l’équerre. De plus, je vous conseille vivement de porter une attention particulière à la ligne du haut de votre règle (lorsque le 0 est à gauche) et qu’elle ne fasse apparaître que les centimètres et millimètres mais non les demi-millimètres car cela devient vite illisible et difficile à travailler avec.

    • un ruban souple à mesurer en regardant bien les différentes couleurs du ruban. En effet, je trouve que certaines couleurs tendent à fatiguer les yeux. Je ne sais pas s’il existe des rubans de meilleure qualité que d’autres. Dans tous les cas, lorsque vous enroulez le ruban sur lui-même pour le ranger dans sa boite en plastique, il faut commencer par le bout du ruban dont la mesure est la plus grande car c’est cette partie qui se déformera avec le temps à force de la plier.

    • une règle courbe, un perroquet ou un pistolet n°21. En faisant le corsage de base ainsi que la jupe de base, j’ai simplement utilisé un cette règle courbe qui a l’avantage d’être graduée sur la courbe et d’intégrer une sorte de marquage comme une mini règle japonaise.

  • Pour mieux travailler :

    • la règle japonaise est un outil absolument génial que j’ai découvert que récemment. Cela facilite tellement les tracés et la vérification permanente des différentes lignes et des angles droits. Cependant, je vérifie toujours les angles droits avec une équerre au cas où.

    • l’équerre de chez Prym qui contient plusieurs types de mesures (angle droit, bouton, valeurs de couture, perroquet). C’est vraiment pratique car il n’y a pas besoin de changer d’outil de traçage donc c’est un gain de temps conséquent.

    • un ruban avec enrouleur ! ça a l’air bête comme ça mais je trouve ça teeeelllement pratique car on utilise énormément le ruban souple et t’as 150 cm de ruban qui se promène librement sur ton bureau, sur le sol, qu’il faut toujours plier et bien ranger (150 cm à enrouler quand même). Alors qu’avec le ruban avec enrouleur, t’appuies sur un bouton et ça fait le travail pour toi, tu peux le trimbaler dans ton sac et le dégainer n’importe où puis le ranger en deux secondes. Il y en a qui n’aiment pas celui avec l’enrouleur donc je suppose que c’est une question de goût.

Fournitures nécessaires pour toile en 3D

Le traçage

Il existe plusieurs possibilités pour tracer les lignes sur la toile à patron. A vous de voir laquelle vous convient le mieux.

  • .De la craie de tailleur simple ou version roulette à craie ou bien en porte-mine. Je n’ai que la craie de tailleur classique qui me convient. Cependant, si vous avez les mains qui transpirent facilement, ce ne sera pas génial et peut-être qu’une version porte-mine sera plus adaptée.

  • Des stylos effaçables (si vous aimez prendre votre temps, il faudra privilégier un marqueur soluble à l’eau plutôt qu’un auto-disparaissant.

  • Si vous voulez garder les traces de construction sur votre toile, optez pour un crayon à papier ou un stylo fin. J’utilise des stylos de couleur pour marquer la ligne de poitrine, de taille et de hanches afin de voir si elles sont droites et qu’il n’y ait pas de décalage lorsque je porte la toile.

La toile

Pour de la toile avec un bon rapport qualité prix, il y a le tissu en coton chez IKEA pour 3 euros le mètre. Imbattable (Poids.: 140 g/m² pour largeur: 140 cm). Je ne suis pas une experte dans la toile à patron, il doit probablement y avoir des avantages à utiliser certains types provenant de certains fournisseurs. Pour ma part, le tissu d’IKEA suffit largement.

Dans les merceries, on la trouve entre 4,90 et 7 euros le mètre.

La couture

  • Une machine à coudre avec des aiguilles, un découseur, des aiguilles longues et fines, et du fil de couleur, c’est plus simple pour voir les coutures

Fournitures nécessaires pour conserver notre base finie sur un support solide

Une fois que vous aurez fait votre corsage de base par exemple, sur papier puis fait une toile et qu’elle vous ira parfaitement, il est recommandé de reproduire le corsage de base sur un support plus solide que le papier kraft. Comme c’est une base, vous allez souvent vous en servir et il faut pouvoir conserver votre gabarit dans le temps.

  • Pour débuter : de la cartonnette, du carton à patron

  • Pour mieux travailler : ma prof m’a conseillé un matériau un peu plus onéreux, du celisol en feuille (rodoïd). Je n’en n’ai pas acheté pour le moment, je ne peux malheureusement pas vous faire de retour d’expérience.

Fournitures supplémentaires

Selon les méthodes que vous utiliserez et si vous voulez avoir une trousse plus complète, il faudra :

  • Très certainement vous munir d’un poinçon, d’une roulette, de stylos de couleurs à pointe fine, de ruban adhésif sur lequel vous pouvez marquer et des poids pour que la feuille ne bouge pas (des boites de conserves, des butées de portes, des petits sacs de sable faits maison, sinon vous avez des rondelles en acier qui feront parfaitement le job !). Ah oui, une petite calculatrice sera bien pratique également !

  • Peut-être d’un rouleau de papier calque, du papier carbone, un compas, une pince à cranter.

Quelques conseils pour un bon travail

J’espère avoir été exhaustive sur la liste du matériel pour le modélisme de mode. Evidemment, cela s’acquiert au fur et à mesure de l’apprentissage donc pas besoin d’avoir le matériel le plus performant pour bien travailler dès le départ. Comme je le disais en introduction, sans rigueur et précision, il est impossible d’obtenir un bon travail, même avec du matériel plus élaboré.

Pour terminer, je tenais à partager avec vous quelques conseils trouvés sur DP STUDIO (fiche technique gratuite à télécharger) ainsi que ceux prodigués par ma prof :

  • Au fur et à mesure de votre traçage, il faut vérifier vos mesures, la longueur de vos traits, vos angles droits. Vous ne pouvez pas vous permettre de grandes imprécisions et s’il vous manque deux millimètres, gommez et recommencez le tracé. Pour ma part, je vérifiais tout deux ou trois fois car une fois le corsage de base fini, si la toile ne va pas, c’est très difficile de trouver où ça ne va pas sans l’oeil d’un expert. Donc, il vaut mieux avancer petit à petit mais sereinement en étant sure de ses mesures plutôt qu’obtenir un travail approximatif après avoir passé des heures dessus.

  • On trace et gomme tout le temps et parfois plusieurs fois au même endroit. Pour que cela ne devienne pas rapidement illisible, travailler proprement est indispensable.

  • Il faut lire toutes les instructions de la méthode que vous utiliserez dans un premier temps et essayer de comprendre le cheminement. Puis reprendre la première partie (le premier paragraphe par exemple) et lire les différentes instructions. Enfin, lorsque l’on a bien assimilé l’ensemble de ce paragraphe, on peut commencer à travailler ligne par ligne.Il faut voir cela comme un entonnoir, on essaie de comprendre l’ensemble pour aller au plus précis.

  • Il faudra également se munir du matériel spécifique à la méthode utilisée. Par exemple, lors de mes cours de couture, la méthode utilisée pour construire mon corsage de base ne nécessitait pas de papier calque. La méthode de DP studio par exemple requiert du papier calque.

  • Pour débuter la coupe à plat, débuter par la jupe est le plus simple mais bon, je ne trouve pas que ce soit le plus intéressant à travailler. J’aime les détails des hauts et vous pouvez avoir différents types de jupes mais une infinité de possibilités de modifications du corsage, des manches et du col. Voilà pourquoi j’ai préféré débuté par le corsage de base.

  • Ne vous éparpillez pas. Utilisez une seule méthode et persévérez. Ce n’est pas évident lorsque l’on apprend seule. Pour ma part, j’ai senti le besoin d’investir dans des cours pour comprendre le corsage de base. Je ne regrette pas ces quelques centaines d’euros car j’ai compris la logique, j’ai acquis une bonne méthode de travail et comme disais ma prof, même en s’aidant de livres, il y a des notions qui demandent à être expliquées de vive voix par un prof.

  • Pour le corsage de base (mesures, tracé, toile, gabarit sur cartonnette), ma prof avait estimé 8 heures de cours. Ça demande donc du temps mais après avoir compris la logique, ça ira beaucoup plus vite. Alors courage !

La prise de mesures du corps pour la réalisation de patrons de couture

La prise de mesures du corps pour la réalisation de patrons de couture

L'éclatement de la manche de base en manche bouffante avec la méthode DP studio

L'éclatement de la manche de base en manche bouffante avec la méthode DP studio